Retour
Bioule, le 8 juin 2022
Neoen inaugure son premier parc agrisolaire à Bioule (82), en Occitanie 

  • Ce parc agrisolaire, d’une puissance de 13,5 MWc, a été développé par Neoen en étroite collaboration avec la commune de Bioule et la Fédération Nationale Ovine (FNO). 
  • Il a été conçu pour concilier activité agricole et production énergétique renouvelable, en permettant notamment l’installation d’un jeune éleveur de brebis. 
  • Mis en service en mai 2021, ce parc agrisolaire produit l’équivalent de la consommation électrique d’environ 6300 habitants. 

Neoen (ISIN Code : FR0011675362, code mnémonique : NEOEN), leader indépendant français de la production d’énergies renouvelables, inaugure ce jour son premier parc agrisolaire à Bioule, dans le département du Tarn-et-Garonne, en région Occitanie, d’une puissance de 13,5 MWc. Après plusieurs années de co-conception avec la commune, l’éleveur et la Fédération Nationale Ovine (FNO), Neoen a mis en service en mai 2021 cette centrale agrivoltaïque qui concilie activité agricole et production photovoltaïque sur un terrain de 17 ha. Le parc solaire a en effet été pensé et dimensionné autour de l’installation d’un jeune éleveur conduisant un troupeau de 150 brebis et produit l’équivalent de la consommation électrique annuelle de 6 300 habitants. 

Neoen a travaillé depuis 2017 en étroite collaboration avec les représentants de la filière ovine pour combiner les deux modèles économiques de production agricole et énergétique, en impliquant l’agriculteur et des experts techniques agricoles dès les premiers échanges. Le temps de concertation durant la phase de développement a été doublé, et plusieurs études supplémentaires réalisées. L’adaptation du parc solaire au travail quotidien de l’agriculteur entraîne généralement des investissements supplémentaires afin de répondre aux besoins et objectifs de production agricole : mise à disposition de bâtiments, clôtures et points d’abreuvement, espacement des tables, mais également, durant la phase d’exploitation mise en place de suivis techniques de la pousse de l’herbe et du bien-être animal par des experts indépendants. Le parc agrisolaire de Bioule, issu de cette démarche menée par Neoen, a bénéficié de certains de ces aménagements et illustre ainsi comment la combinaison de ces deux activités permet de préserver l’espace agricole, dans une perspective de long terme. 

Sélectionné par la commune dans le cadre d’un appel à candidatures pour son projet de diversification et de vente directe, le jeune éleveur a ainsi pu accéder à une exploitation adaptée à son activité, tout en limitant son risque financier notamment lié aux investissements nécessaires à son installation. Il bénéficie par ailleurs d’un accompagnement de la Chambre d’agriculture et l’Institut Technique de l’Elevage (Idèle) sur les volets agronomiques, zootechniques et socio-économiques. Ces experts indépendants réaliseront des études sur la qualité fourragère de l’herbe, le bien-être animal ou encore les conditions de travail de l’éleveur. 

Ce parc solaire participe également à la poursuite des objectifs ambitieux de la région Occitanie qui envisage de couvrir sa consommation à 100% en énergies renouvelables à l’horizon 2050 pour devenir la première région d’Europe à énergie positive. 

Caroline Adua-Benarbia, directrice développement régional Occitanie de Neoen, souligne : « Bioule représente l’aboutissement d’une démarche agrisolaire co-construite que nous appliquons depuis maintenant 5 ans. Sa mise en service a été une étape importante pour Neoen : elle nous a conforté dans la conviction que la production d’énergie renouvelable compétitive peut se combiner parfaitement avec un objectif de pérennisation des activités agricoles à long terme et de développement de l’élevage en France. Nous poursuivons aujourd’hui le déploiement de cette dynamique, en étudiant, toujours en partenariat avec la FNO dont l’expertise est précieuse, la faisabilité d’autres projets agrisolaires en France. » 

André Delpech, président de la FNO, ajoute : « Pour la FNO, ce premier projet expérimental a été l’occasion de conforter un jeune éleveur installé, en créant une nouvelle troupe de brebis alors que la production ovine française ne couvre que 47 % de la consommation nationale en viande d’agneau. Il est le fruit d’une concertation étroite entre Neoen, la chambre d’agriculture départementale, l’Institut de l’Elevage et la FNO et constitue pour nous tous une source importante de références. Il démontre comment, en travaillant main dans la main dès leur conception, le développement de projets de co-production d’énergies renouvelables et de biens agricoles, particulièrement en élevage ovin, peut être une opportunité pour répondre aux enjeux climatiques et de souveraineté alimentaire. » 

Gabriel Serra, maire de Bioule, complète : « Soucieux de l’environnement pour l’avenir de notre planète et de nos générations futures, notre commune a trouvé opportun de s’intéresser au photovoltaïque. Le projet que nous avons souhaité était à la fois de produire de l’énergie renouvelable et avoir une activité agricole à destination d’un jeune agriculteur et d’autre part qu’il puisse être réversible en fin d’exploitation. Ces conditions réunies, le conseil municipal l’a adopté à une très grande majorité. Ce projet pourrait être une référence en son genre. Il s’intègre parfaitement au territoire avec une bergerie bois et des moutons qui pâturent sous les panneaux. Il est devenu un lieu de curiosité que les promeneurs apprécient avec le panneau explicatif du bien-fondé de cette opération ». 

Guillaume Decaen, directeur développement France de Neoen, conclut : « Nous sommes très heureux d’inaugurer aujourd’hui notre premier parc agrisolaire en France. C’est notre deuxième inauguration cette année en région Occitanie. Nous contribuons ainsi activement à son objectif de devenir la première région à énergie positive d’ici 2050. Très actifs également dans le reste de la France, nous avons dépassé́ les 1,2 GW d’actifs solaires, éoliens et de stockage et le développement de Neoen en France s’appuiera de plus en plus sur des projets agrisolaires, reconnus par l’Etat dans les futurs appels d‘offres. ».